Tag Archive: ville


In vélo veritas.

Peut-être un fond musical d’ambiance pour accompagner votre lecture, c’est offert par moi. Cadeau.

Avec cet hiver qui pour nombre d’entre nous referme doucement ses portes sur nos sages vélos rangés le temps d’une saison, j’avais envie de poser un regard nostalgique & attendri sur nos attachants destriers qui si fidèlement accompagnent nos humbles vies. Pour nous ils nous libèrent, pour nous ils nous ouvrent les chemins, ils allègent nos efforts, écourtent les distances, rapprochent les humains et nous rendent notre mère Nature. Ils sont nos Muses et nos Naïades. Tantôt complice, tantôt témoin, jamais objet dans l’Histoire nous a été plus précieux que notre vélo.

Hibernation de vélos.

A cette pièce unique en son genre et vibrante de vie, à ce divin croisement d’objet d’art et de culture qui tient du merveilleux, j’ai voulu lui adresser un chaleureux hommage pour lui montrer que nul d’entre nous jamais ne l’oublie. Qu’aux premiers rayons de soleil Printanier, tels des princes penchés sur notre belle endormie, d’un baiser le réveillerons de son sommeil hivernal braver de nouvelles aventures, humer le fond des airs, sillonner les routes, dévaler les chemins et gagner les horizons.

Promenade à vélo par beau temps.

Parce que le vélo est avant tout alliance du commode au sensuel:

Cette vélotitude, j’ai choisi de l’exprimer en cette occasion sous 3 angles plutôt rares, originaux, en invoquant l’iconographie du vélo dans le temps, et plus exactement le vélo par l’affiche de Pub. Avec un accent mis majoritairement sur le style Vintage. En préambule, ceci d’extrêmement rare pour ne pas dire un scoop, ces photos inédites d’une scène que j’ai beaucoup aimée, le défilé de mode de vélos, une exclue Erycproject.

Défilé de mode de vélos 1. Exclu erycproject.

Défilé de mode de vélos 2.

Un défilé de mode de vélos, c’est à mon sens le plus glamour aveu de subjugation qu’on puisse faire à un vélo. Il est porté aux confins du ravissement et de l’élégance parmi les symboles les plus courtisés. C’est la célébration, la révérence aux années de méticuleux travail coûté à son orfèvre dans sa lente et passionnelle manufacture menée avec un amour infini, une compétence sublimée et une patience en or.

Défilé de vélos 3.

Défilé de vélos 4.

Défilé de vélos 5.

Place à présent aux affiches Vintage du siècle dernier. J'en ai parcouru des centaines et il m'a fallu trier, j'ai donc fait un choix.

Affiche.

Et enfin cette dernière affiche cyclophile de la série des verticales, avec un rapport que secondaire aux vélos mais une tout de même assez jolie malgré tout.

De suite, la transition entre les verticales & les horizontales, avec cette paire de contemporaines.

Je sais, elles ne sont pas Vintage, c’est le Mal, mais je n’ai pas pu résister à la tentation.

Comme promis, on accueille maintenant la série des horizontales.

Chose promise, chose dûe, voici la plus jolie des horizontales en mode Vintage:

J’espère que vous avez passé un agréable moment par cette aimable évasion en compagnie de cette sélection d’affiches qui toutes à leur manière louent la grandeur de nos vélos chéris. Je vous ai préparé quelques extras, ce sont les bonus comme il est coutume d’en trouver dans les DVD. Mon concept est de vous les ajouter à la suite, pour finir sur une touche d’humour fin et insolite.

Comme quoi, si lui transporte un frigidaire à vélo, on le peut tous. Et dans les bonus ultimes, je lève le voile sur un mystérieux secret, vous saurez désormais à quoi carburent nos amis les cyclistes Hollandais.

Voila, c’est l’heure de nous quitter. Je vous dis à bientôt pour mon prochain article qui, s’il est celui auquel je pense, sera politique et solennel. Alors on se sépare sur cette légère maxime Erycienne que je dis toujours:

« Deux roues de plus, c’est quatre roues de moins. »

Peut-être un fond musical d’ambiance pour accompagner votre lecture, c’est offert par moi. Cadeau.

Avec la prolifération des accès WIFI non ou mal protégés, en France, certains se constituent d’ores et déjà une petite liste de points d’accès vulnérables dans leur ville. Ces listes tournent entre amis. On sait que, si on s’assoit sur tel banc dans tel parc sur telle borne avec telle clé WEP, on peut se connecter gratis au Net.

Découlant de la longue tradition de WarXing, voici le Warchalking.   Dès 2002, la BBC faisait écho de cette nouvelle chasse aux Hot-Spots WIFI. C’est en Juin de cette même année que Matt Jones fait découvrir au monde entier les 3 petits symboles qui buzzeront par la suite. Matt s’est inspiré à la fois de la culture Hobo, et plus particulièrement du Code qu’il avait mis en place afin de partager les bons squats, prévenir d’un danger (chien, police), mais aussi de l’initiative d’un groupe Londonien d’étudiants en Architecture, qui avait dessiné à la craie des bureaux en plein milieu d’une rue.

 Le langage est composé de 3 symboles:

> Accès non protégé: il faut marquer le nom de la borne (SSID), faire deux arcs de cercle dos à dos, puis marquer la bande passante de la connexion (1.0, 1.5, 2.0, …)

> Accès fermé: le SSID au dessus d’un cercle.

> Accès en WEP: le SSID suivie de la clé qui permettra de se connecter, en dessous un rend avec un W (pour WEP) en son centre et en bas la bande passante.

Lorsqu’un Wifiste rencontre un point d’accès WIFI vulnérable (suite à un Wardriving par exemple), il peut alors rassembler les informations qu’il a sur l’AP et les inscrire à la craie sur un mur ou un trottoir. Il peut également utiliser des stickers qu’il collera sur un lampadaire, une cabine téléphonique ou, si l’endroit est protégé de la pluie, une feuille de papier.

Nominé en tant que « 100 most significant ideas of the year 2002 » par le New York Times Magazine, le Warchalking meurt pourtant en 2003/2004:

Les arcs de cercle inversés sont vite passés du dessin à la craie à une plaque de ferraille utilisé par les commerçants pour attirer les Wifi-addicts. Le business a pris le pas sur le partage, comme souvent, mais ce n’est pas ce qui a précipité la fin des « Craiefiti ».

Le phénomène devenant une pandémie, le FBI s’y intéresse et invite les entreprises à rechercher les petits symboles autour de leur bâtiment, et à protéger leurs connexions. De plus, avec la prolifération des hot-spots, ces points d’accès gratuits qui envahissent les gares, aéroports et autres fast-foods, la recherche fastidieuse de point d’accès « insecured » est devenue inutile. 2003, c’est également la naissance du WPA, prémice de la norme 802.11i, qui offre une sécurité bien supérieure au WEP.

Si la loi « Création & Internet » passe, tout le monde va se ruer sur les Hotspots, divisant le débit et ne permettant pas de télécharger « correctement ».  Également prévu dans la loi, l’obligation de sécuriser son accès afin d’empêcher le téléchargement à partir de celui-ci. Les cafés, McDo, gares et autres détenteurs d’accès ouverts risquent, si ce n’est déjà fait, de restreindre le nombre de protocoles autorisés, de mettre en place des Blacklists de sites à contenu libre.

Avec le nombre encore significatif de Box en chiffrement WEP, et un crack WPA qui devient de plus en plus facile, certains peuvent trouver leur intérêt à consigner quelque part leurs découvertes, et si leur magnanimité les autorise, à les partager.

« Le partage avant tout » c’est l’esprit Internet, une idéologie que l’internaute adopte volontiers. Que se soit par Warchalking artisanal, tout à la main à la old school, ou par bases de données virtuelles sur des forums & des sites Geeks (e-warchalking), le partage s’est déjà mis en place car quand j’ai eu besoin de clés Free pendant 3 mois de ma vie, je n’ai eu qu’à les Googler pour les trouver. Actuellement, si je le voulais, je sais parfaitement quelle antenne me fabriquer, quel terminal acquérir, quel driver télécharger et dans quels sites le trouver, et je pourrais sans bouger de chez moi, à l’œil, surfer alternativement sur pléthore de connexions sniffées au nez et à la barbe de tous les pecnos de ma ville qui ne méritent que cela, à commencer par mes délabrés mentaux de voisins, particulièrement la vieille morue d’Italienne inutile que j’ai à côté.

Article terminé pour aujourd’hui, jusqu’à nouvelle mise à jour. Je vous abandonne à la contemplation de cette instructive infographie. Bonne soirée. Eryc.

Le wifi public et son piratage

%d blogueurs aiment cette page :