En pleine période de fièvre acheteuse de Noël, je ne pouvais pas manquer de vous présenter l’icône Américaine de la non-consommation compulsive, l’apôtre de la Décroissance, avocat des pauvres et du pouvoir d’achat, j’ai nommé le révérend Bill Talen plus affectueusement connu par les humbles sous le nom de Révérend Billy.

C’est le Mickael Moore du consumérisme, le Louis Farrakhan des démunis. ll professe à New York, la ville dite « qui ne dort jamais » où le ridicule le dispute au cruel. Ville de l’achat-roi intempestif, de l’allégeance au luxe, à l’égo infatué, au culte paiën de la vitrine sociale versus les valeurs humaines de bonté et de modération plus chères encore à Noël que le reste de l’année.

Le révérend Billy et One-man-show malgré lui, est un personnage charismatique très célèbre aux Etats-Unis, tantôt haï des puissants, tantôt aimé des pauvres et des sereins, mais jamais inaperçu. Il est le fondateur de ‘ l’Eglise de l’anti-consommation ‘, The Stop Shopping Church. L’ironie du sort est que, alors qu’à l’heure qu’il est en ce moment, il descend dans la rue aux abords des magasins appeler à la repentance par l’abstinence acheteuse, ses irruptions charment grands & petits dont, étonnement, il  est la coqueluche de ces derniers. Billy le Révérend est une star américaine. Bill Talen le spectaculaire à Occupy Wall Street en plein prêche à New York.

Alleluia, set us free, guys ! Stop buy now, brothers and sisters ! Quel talent, le révérend Billy. Quel orateur, quel tribun au secours de la perdition de la possession, du stupre et du lucre,  de la tentation de Satan qui pousse l’âme perdue à la fièvre dépensière en ces temps de crise. Bill Talen est là pour prémunir de la spirale, c’est la voix de la raison qui prévient de l’absurdité du toujours vouloir acheter plus. Un film circule, un difficile à trouver en France, c’est What Would Jesus Buy. Je vous avais fourni en entrée d’article un trailer de ce documentaire, en voici l’autre variante:

Ce que je trouve, et qui n’est dit dans aucun hommage sur le Net au Révérend, c’est qu’il fait mieux que Robin des Bois. Robin des Bois, lui, délestait les riches pour redistribuer aux pauvres. Révérend Billy empêche les riches de surenchérir leur fortune en dépouillant les pauvres avec leur propagande, de s’enrichir sur leur dos en soudoyant leurs faibles instincts, en les courtisant par l’appel du produit inutile et obsolète qui n’est qu’illusion du bonheur et pervers signifiant socio-identitaire pour esseulés en mal de tribu. Il préserve l’âme vierge de la séduction pécheresse, du désir futile, de l’ostentation matérialiste stérile. Son oeuvre est salutaire et noble est son action.

C’est le contre-pouvoir au mercantilisme primaire si inlassablement sollicité par l’orgie de mesures de frustration qui convergent vers le culte de l’apparence et de la possession. Il fait gloire à la valeur de l’Être qui doit prévaloir chaque jour dans notre combat contre celles puériles du Paraître et de l’Avoir. Vous avez vu la rétorsion des glauques Policiers qui n’ont vraiment pas honte de l’arrêter, ces sbires du système, ces affidés baveux des multinationales et des potentats de la finance et du capital. Un Saint homme emmené au poste de Police, donnez-moi donc un seau que je rende mon repas. Rien que pour cela, j’ai téléchargé en entier le film What Would Jesus Buy.

reverendbilly

Il est grandiose, fabuleux, on ne s’en lasse jamais. Aussi, mes biens chers disciples réunis autour de cet apostolique article, c’est dans l’Amour du Christ miséricordieux que tous ensemble allons procéder au saint office libérateur du partage. C’est pourquoi, mes amis, mes bien chers frères de la Bienfaisance, à vous tous ici-présents par la grâce du Seigneur, en vérité je vous le dis, prenez et aimez, ceci est mon lien. Amen.

Toujours accompagné de son fidèle choeur Gospel que je suis le premier à trouver si sympathique. Comme toujours, ce clairvoyant messager de paix et de mesure est un trublion de l’ordre public pour la Police. Par contre les impénitentes et journalières agressions sonores et visuelles des publicités tellement invasives et agressives qu’elles inondent, polluent et plombent nos lignes Internet à la moindre page surfée, c’est tout à fait normal. Donc voici ce que je vais faire, je vais vous montrer par la video suivante l’état de perturbation mentale avancé des Toulousaines un jour de soldes à Rue Alsace Lorraine et je vais vous laisser apprécier qui, du révérend moraliste Billy avec ses conseils de bon aloi empreints de sagesse et de vérité, ou de cette horde de vénales hystériques prêtes à s’entre-tuer pour le dernier chiffon à la mode, est le plus troublant et surtout le plus troublé.

Elles se bousculent, se piétinent, s’insultent, cassent, dévastent et hurlent comme des truies sauvages, mais tant la Police que la société d’hyper-consommation Françaises ne trouveraient pas même à en sourciller de l’ubuesque de la situation. Et le plus cynique c’est que les flics de France iraient presque verbaliser des voitures mal garées à un kilomètre un jour de vandalisme caillassé de magasins comme  j’ ai vu à Paris, avalisant que la norme de l’appétit pour l’Avoir, aussi démentes puissent être les proportions qu’il prend, est toujours préférable à celle du geste d’acheter, même encadré dans un registre de réflexion et de pondération.

Le Révérend est toujours présent lors de la journée sans achats, à New York. Et on ne pourrait la concevoir sans, quand on sait pourtant combien est hérétique l’option d’achat superflu & non-durable, dont l’extrapolation est à ne pas en douter la masse critique de la planète. C’est cela la nouvelle mission informelle des pouvoirs: la déconnexion de notre sens critique, le sabotage du religieux et du spirituel dans les temps modernes, la criminalisation du doute et du travail de comparaison pour profiter à la primauté de l’instinct, du fugace et du fatal, dans l’interprétation manichéenne des bonnes et mauvaises oeuvres élevées au rang du collectif. Faire maintenant et pour soi plutôt que demain et pour tous. Ne compte plus que l’immédiat. Pourvu que tous et à tout âge aient tout, tout de suite, même à tort et à travers.

Raison pour laquelle j’ai vu à Castres des abrutis de parents acheter à leur face à claques de gamin de 6 ans le dernier Iphone 5. J’ai vu de mes yeux ensuite ce merdeux arborer fièrement son jouet qui le transcende de 1000 lieues en technicité et dont jamais il ne saura dépasser la fonction d’appel et de réception, d’abord si tant est qu’il en ait besoin à son âge de précocité presque neuro-végétative. A 800 € l’engin, cela fait cher l’appel.

Cela me rappelle cette vision si sensée d’un documentaire sur l’apprentissage de la surconsommation, cette notion inculquée aux enfants dès leur plus jeune âge. Un interlude donc pour vous la faire connaître car elle vaut le détour tant il est vrai qu’elle circonscrit clairement la nocive absurdité du problème. Pour ma part j’opine que la plus épanouie des vies se passe de ce que je nomme le kit du « prêt à sentir » qui est la propagande et le « prêt à penser » qui est la Télévision, la dernière étant le support privilégié de la première. Tout de suite ce documentaire. Ensuite nous reviendrons sur Castres la ville des Beaufs dépensiers.

Ceci c’est fait. Comme je parlais de deux kits, si ce documentaire se référait à l’impératif de la possession, si bien imposé par la propagande, il s’assortit de ce second qui se réfère lui au média télévisuel qui canalise précisément cette propagande. Vous aurez une idée de l’étendue de ses dommages portés aux fonctions cérébrales des téléspectateurs. D’abord l’extrait le plus emblématique avant l’intégralité du documentaire.

Maintenant l’intégralité du documentaire dont j’ai exfiltré l’extrait précédent.

Bien entendu, je ne pouvais pas vous divulguer le reportage sans citer ces deux clips du site Soudure que je voudrais référencer dans mon article. Première et deuxième d’une paire de clips de Soudure. Pour respecter l’ordre, nous avons « Consomme ! » suivi de « TV Lobotomie ».

Quant au site de SOUDURE, je vous en donne l’adresse. Cliquez ici. Bien, retour sur Castres:

Castres est une ville d’insensés, c’est la course névrotique aux achats en tout genre, sur fond de compétition rivale. Dans cette ville de consanguins ils n’achètent ni par besoin ni par plaisir, ni pour son confort ou sa sécurité, mais pour afficher plus que son voisin en voulant se prouver quelque chose, et contenancer son complexe d’infériorité. Elle est aussi une des villes à la plus grande teneur d’incultes au kilomètre ². Point de hasard: on ne peut être la tête dans les livres pendant qu’on pavane dans les boutiques. Si ce n’était que le QI qui y était déficitaire … c’est sans compter aussi sur leur Coefficient Emotionnel. Quant à leur physique et à leur mentalité, même à la Cour des Miracles au Moyen Âge, on y trouvait des êtres plus brillants d’éveil et de beauté. La moitié d’entre eux roulent en 4×4 même pour chercher sa baguette, mais roulent dangereusement avec moult mépris pour les autres, et se garent comme des vérats. Les Castraises, elles, elles marchent en ville avec un pas martial de militaire (cherchez la grâce féminine), traînent des visages de constipées, dépensent à la chaîne jusqu’à des 200 € de chiffons / jour, éructent que des inepties du matin au soir, elles sont vulgaires dans leurs faits & gestes, sans classe aucune (la distinction n’est pas leur fort), elles énoncent des sophismes primitifs de la vacuité d’un stupide à manger du foin, elles sont fourbes et malséantes que c’en est abyssal, tiennent des discours du QI d’une huître, elles sont agressives, jalouses et ignares. Je suppose que leur hygiène aussi doit être à leur image. Pour en venir à ceci, le moins qu’on puisse dire est que ce n’est pas l’argent, surtout indûment gagné, qui fait la valeur de quelqu’un. Et comme disaient les humoristes Font & Val: on peut être riche et malhonnête.

La video démontre implicitement par delà sa portée première, l’enjeu selon lequel les instances politiques priorisent la promotion du suicide du groupe par la rupture de cette cohérence des gestes de chacun dans son rapport au tout. Ils cherchent à désolidariser l’ensemble hiérarchique qui nous unit à la Terre en clivant l’objectivité globale d’interférences qui agissent telles des filtres de conscience sous la forme de policiers & de lois visant à casser toutes les formes de lucidité et d’objection à la nuisibilité de notre matrice nourricière. Un peu à la manière de 1984 de Georges Orwell.

Si bien que par ce prisme de conditionnement Pavlovien (mais j’aurais pu citer les Oies de Lorenz) nous n’avons des répercussions que la vue altérée ou fragmentée que les pouvoirs veulent bien nous laisser deviner. Dans ses constats sur le travail à la chaîne, Engels appelait cela l’aliénation. On nous dépossède de la responsabilité de notre acte et de la forme finale du produit que nous concevons à l’usine. C’est ainsi que par cette cécité imposée nous ne pouvons ni ne devons avoir de contrôle sur la plus-value terrestre de notre comportement. L’écho est rompu et détourné: on sait notre agissement mais ignorons son effet de battement d’aile de papillon (pour reprendre la célèbre théorie). Toute évaluation de son incidence est au mieux impossible, au pire réprimée. De maître de sa pulsion on tend à rendre l’acteur spectateur et esclave de la sommation d’achat, de la logique aveugle et hâtive de la consommation. La video sur laquelle s’est portée mon choix est celle-ci qui est la plus à même de suggérer efficacement l’impact réversible de la pollution induite sur notre environnement, à partir d’un abus hypertrophié de notre conduite de consommation. En effet, j’estime que la gestion qualitative de notre consommation, aussi ne peut-elle se dissocier de sa gestion quantitative.

Retour maintenant sur le Révérend Billy qui voit plus juste et plus loin que beaucoup. C’est par ses opérations coup de poing aux airs d’happenings spontanés qu’il s’est fait buzzer. Sa troupe Gospel qui l’accompagne a des côtés Greenpeace, ils entrent quelque part en tenue civile puis soudain se costument au milieu de la foule. Débute alors « l’hospice ». Il exorcise les caisses enregistreuses des magasins, les badauds l’aiment et l’acclament, on danse, on chante. Souvent alors, avec ou sans son mégaphone blanc pas discret, assorti à son costume, il lance ses éloquentes tirades satyriques sur les firmes multinationales, il émeute, il prophétise, le tout devant une foule médusée qui l’encense et l’applaudit.

Tout peut être sa cible mais il a ses favorites: les Disney Stores, les Starbucks, les boutiques de lingerie Victoria’s Secrets, dans un entrecroisement enflammé de psalmodies et de harangues passionnées qui culminent au Shakespeare évangélisant de son verbe tout l’espace public. Tous les présidents américains le connaissent, c’est le grand prédicateur de l’anti-consommation et des guerres. Particulièrement, son fer de lance est la  » “Shopocalypse” imminente, c’est-à-dire l’avènement d’une époque où les communautés seront remplacées par des centres commerciaux, où la vie spirituelle sera supplantée par le culte de la carte de crédit« 

L’homme aux 40 arrestations de Police à son actif expliquait un jour: « Dans la culture américaine, le consumérisme et son jumeau maléfique, le militarisme, sont les deux systèmes qui causent le plus de dommages à la vie sur Terre. »

L'activisme du révérend Billy

C’est sur un dernier lien et non le moindre que nous allons nous quitter. J’espère que vous avez apprécié cette excursion en compagnie de cet homme activiste et militant que j’aime beaucoup, le prédicateur Bill Talen qui fait partie de ceux à qui l’avenir devra beaucoup. Un économiste disait: « il y a deux manières de juguler la crise en gagnant bien sa vie, en se tuant soi à la tâche et la Terre pour avoir beaucoup d’argent; et en économisant son argent au lieu de le jeter par la fenêtre ». Les Ecossais disent: « un Penny d’économisé est un Penny de gagné » et certains en Ecosse de rétorquer que quand ils ont besoin d’un taxi, pour gagner beaucoup d’argent ils courent derrière au lieu d’y monter dedans. »

Il y avait 3 rasions à mon envie de vous présenter le thème d’aujourd’hui sous l’éclairage de Bill Talen,

– la première est qu’en dêpit de son air insouciant c’est au contraire un grand homme qui a raison sur toute la ligne et que je me devais de vous faire connaître,

– la seconde est que c’était le moment ou jamais, en période de grande circulation d’argent pour raisons de Noël, de vous faire un petit point sur le problème de l’addiction aux achats inconsidérés aux lourdes conséquences pour tout et tout le monde,

– la troisième et dernière enfin, parce chaque jour que Dieu fait où j’allume la radio pour m’informer de la géopolitique mondiale, je sature à un point que vous ne pouvez même pas imaginer, de l’avalanche torrentielle de publicités et des assauts de jingles niais et assourdissants tous plus abrutissants les uns que les autres qui me heurtent et m’épuisent jusqu’à la soulerie intégrale.

Voilà chers lecteurs, puissiez-vous avoir pris plaisir et ayant découvert ma présentation de ce grand messie contemporain qu’est le Révérend Bill Talen qu’au passage on peut tous saluer avec force respect. Je vous donne le lien promis, en l’espèce celui du documentaire What Jesus Would Buy afin de vous faire percevoir la pleine mesure de ce phénomène de société qui plus qu’un fait épidémiologique, a pris depuis longtemps tous les dehors d’un fléau. Pour ma part nous nous retrouvons dans mon prochain article qui sort bientôt. Bonne soirée à tous.

Comme disait mon ancienne concierge portugaise dans sa très grande omniscience visionnaire pleine de pure lumière cristalline, Dolores da Silva Joao: « Faîtes l’amour, pas les boutiques. » Eryc.

PS: La plus sincère et la plus belle video de voeux de Noël, celle de la seule opposante activiste et courageuse au dangereux fléau du Mondialisme imposé par le défilé de majorettes Sionistes pour lesquelles vous votez depuis 40 ans.

Marine, on t’aime aussi et nous pensons à toi. Toi une femme, tu as plus de courage à toi seule que toutes les sales fiottes mortifères de Gauche qu’on sait. Les 100% de gens sérieux et loyaux en France qui te respectent et t’estiment tant pour ton Patriotisme et tes valeurs te souhaitent le plus beaux des Noëls aussi pour toi et tous les tiens.