La patate, la nouvelle favorite en ces temps de crise.

Le malheur des pauvres fait le bonheur du légumineux de Parmentier dont la consommation est inversement proportionnelle aux revenus des ménages. Son succès va croissant avec le nombre de sujets vivant sous le seuil de 908 €uros mensuels, soit bientôt 9 Millions de personnes en France. C’est la fête à la patate à 0,84 € du kilo, en moyenne, et une quantité pour 2011 de 15 kilos 400 grammes par pauvre. Le buzz ou plutôt le recours à la pomme de terre a fait l’année 2012 un bond de 11,3%, et avec l’austérité menée par le Radin de la Méduse en poste à l’Elysée (pas de nom), la valse à la patate s’euphorise. Comme disait l’autre, on était au bord du gouffre, avec Flamby la France a fait un grand pas en avant.

Je me souviens quand en 2010 en pleine crise, les Grecs avaient élaboré de concert avec les producteurs de patates cet ingénieux plan de popularisation de la patate, à échelle nationale, où les frères d’armes producteurs de pommes de terre avaient gratuitement donné des semences et même permis aux Grecs de venir eux-mêmes dans les champs participer à la culture du légume en auto-gestion pour l’avoir en plus abondant, meilleur et moins cher que dans les supermarchés, et gifler par cette initiative de concurrence citoyenne le prix galopant du légume que pratiquaient les grandes surfaces, transformant la pomme de terre en produit de luxe.

En France avec cette réhabilitation contextuelle de la patate, il vient même de se créer la chaîne de Fast-Food « La Pataterie« , qui compte 100 restaurants et 42 Millions d’€uros de chiffre d’affaires. Un engouement patatier proéminent dans le marasme économique actuel. Je passe sur les valeurs énergétiques du légume qui est inégalé par son apport en fer au kilo pour un si faible prix, à telle enseigne qu’aux Jeux Olympiques de 72, c’est à la diète aux patates qu’avaient été mis les athlètes Israéliens par leurs entraîneurs et leurs médecins du sport. Tout comme je me souviens en 79 de ce spot publicitaire à la TV,  » Des patates le lundi, des patates le mardi, des patates le mercredi … ».

Après la Belgique bien connue pour son adoption si culturelle du tubercule, la France pour sa part est le troisième producteur Européen de pommes de terre et en exporte dans tout le globe.

La crise faisant, s’est développé en France une autre frénésie culinaire qui est l’oeuf, doté de la protéine animale la moins chère qui soit, malgré un prix de la douzaine d’oeufs en hausse depuis les normes agricoles de Bruxelles. Il n’en fallait pas plus pour voir les consoles inondées de tapas espagnoles conditionnées, sous forme de Tortillas Españolas con Patatas, les fameuses omelettes aux patates d’abord initiées par la chaîne Dealer-Price (pour éviter d’être agressés par des caissières, boycottez LIDL, n’y faîtes pas vos courses). L’agro-alimentaire s’est littéralement rué sur l’ingénierie en plats cuisinés dérivés de la patate et des industriels en ont même affublé des leurs du label « Spécial crise ».

Manger des patates dès le 15 du mois

Attention toutefois, l'abus de patate est dangereux pour la santé. En cause: son index glycémique très élevé dû à son fort taux en amidon qui se transforme en sucre pendant la digestion, dès la mastication. C'est la salive la première au contact de l'amidon à le transformer en sucre. L'amidon est une macro-molécule de nature glucidique impliquée dans les maladies de l'obésité et du diabète.

En marge, pour anticiper « le retour à la pauvreté en Europe« , le géant alimentaire Unilever a commencé à réduire la taille de certaines de ses barquettes pour prétendument attirer le consommateur fauché par un prix illusoirement moins cher, restant entendu qu’en vérité le prix au kilo est strictement le même.

Les patates ont la côte.

Avec transition, pendant ce temps en France, le nombre de milliardaires croît plus vite que notre consommation de pommes de terre, il est passé de 89 en 1996 à 278 en 2011 et leur bas de laine a gonflé de même, passant de 21,3 à 107 milliards d’€uros. Au final, à chacun sa patate: les pauvres ont des patates à table chaque jour. Les riches aussi ont des patates, mais pas les mêmes.

Eryc, pour Erycproject.