Aux larmes, citoyens ! En bref: Le sénateur-maire Socialiste de Lyon a déclaré comprendre les jeunes créateurs de Start-up contre le projet « gouvernementeur » de taxer les plus-values de cession d’entreprise. Bercy entrevoit de faire marche arrière sur la fiscalité des patrons de sociétés, après seulement 3 jours de protestation de jeunes entrepreneurs qui se sont buzzés sur Facebook sous le dénomination de collectif des « Pigeons ».

C’est là où nous comprenons de suite ce qu’il nous reste à faire, pauvres vaches à lait indirectes de la règle d’or Européenne et plus directement du plan d’austérité du flan en charge de la gestion de la France, l’ex-fossoyeur de la Corrèze. Je parle d’Hollande, le président par accident qui contrairement à l’opinion publique hypocritement et communément répandue, est tout sauf le « président des Français. »

Il est grand temps de réprimer ce fallacieux abus de langage totalement néologique, puisque comme chacun sait, le démagogue clientéliste Hollande a été élu des seuls 50% des restreints 50% de votants en France, déduction faîte des autres 50% restants d’abstentionnistes. Au cas où ce ne serait pas assez lumineux dans vos esprits, je vais traduire: ce ne sont que 25% de la population Française, la plus naïve, qui a voté « ad nausea » Hollande, dos à dos avec le 75% restant qui n’en a pas du tout voulu. Or tant que nous serons en démocratie, vent debout je dis que de facto, 25% de la France, en rien n’est la France, et que cette risée nationale de Flamby dont les tout derniers sondages de popularité Harris le créditent de 49% de défavorables, n’est et ne sera jamais le président des Français. Il faudrait veiller par conséquent, à l’avenir, à cesser ce type d’amalgame stigmatisant qui est déshonorant pour l’identité Française nationale entière.

C’était le premier point que je voulais vérouiller. J’en viens au deuxième point non moins éloquent de réalisme:

a) Deux poids, deux mesures pour le même trublion, tellement enclin à taxer les nombreux propriétaires fonciers de France, quand par contre il s’agit de les taxer immoralement via l’institution notariale dès lors que par le truchement de la cession de leur bien immobilier, ils se révèleraient dégager une modeste plus-value entre la valeur à l’achat et celle à la revente, de leur maison.

b) Bercy rétracte sa taxe sur la plus-value des cessions d’entreprises des jeunes entrepreneurs, du seul fait qu’ils se sont unis en « pigeons » martyrs d’un coercitif Trésor Public et qu’ils ont manifesté 3 jours. Je laisse le lectorat apprécier la dissymétrie sélective d’un Socialiste sourd au desespoir du reste de ses administrés à hauteur de 80% des Français de la classe moyenne, eux qu’infllexible il n’hésite pas une seconde à  plier du joug opprimant du redressement comptable, bras armé de l’application du traité budgétaire européen et sa controversée règle d’or, en déportant ni plus ni moins l’effort national dû aux entreprises sur les classes indigentes et moyennes. Ou dit plus trivialement, par basculement oblique sur la CSG de l’exonération de charges patronales de 40 milliards d’ €uros. Qu’elles soient du secteur primaire, secondaire ou tertiaire, des entreprises qui vendent biens & services toujours plus chers pour des salaires figés, quand ils ne sont pas régressifs, et qui parce que privées, ne se privent pas de se délocaliser pour chaque fois plus débaucher localement au profit des exportateurs étrangers. Il ne se passe un jour où malgré les aides de l’Etat aux industries, celles-ci se côtent en bourse et expulsent leur personnel au premier profit de leurs actions, dans une spéculation totalement décomplexée. C’est à croire qu’elles multiplient les plans sociaux d’autant plus qu’elles sont aidées. Il suffit ! Heureusement, la mobilité sociale est de retour pour endiguer la fatalité du déclin industriel si généreusement perfusé de faveurs accointantes d’un socialisme bobo-caviar. Je ne vous ferai pas l’impudeur de vous évoquer l’affaire des frères Guerini.

Que le gouvernement (mo)rose en place médite que 70% des Français sont clairement opposés à cette hausse subversive de la CSG pour financer le « choc de compétitivité » des entreprises voulu par Flamby, conformément à l’audit de l’Ifop. Ce rejet est assez marqué dans les professions libérales (61%) et davantage dans le corps ouvrier (77%). Et comme le résume si bien Jacques Godfrain, « Les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils en fabriquent ».  Et Boris Johnson d’ironiser en qualifiant la politique fiscale du flan Corrézien de « pire tyrannie depuis la Révolution de 1789 ». Ô nous jeunes plébéiens devant l’Eternel et bâtisseurs échinés de la France, ô nous fiers porteurs d’une glorieuse providence, parce que n’est pas la soumission le seul horizon des possibles, pleurons de feu et de fer notre colère dans la rue pour reculer le mercantilisme rampant du traité d’austérité et boutons loin de notre vue ce pédant Président.

Eryc.