Peut-être un fond musical d’ambiance pour accompagner votre lecture, c’est offert par moi. Cadeau.

C’est en verve et guilleret, vibrant de l’allégresse qui m’anime, qu’avec une certaine joie non dissimulée j’ai cédé à la tentation de vous semer encore aujourd’hui l’émoi, en vous apprenant cette indispensable information existentielle. Donc, sous les propices auspices de mon souci de culture qui me caractérise, je tiens à vous donner la liste de 9 films (et plus si affinités) au titre démesurément long:

1 – Mais qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour avoir une femme qui boit dans les cafés avec les hommes ?  Jan Saint-Harmont, 1980.

2 – Tout ce que vous avez voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander. Woody Allen, 1972.

3 – Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disapru en Afrique ?  Ettore Scola, 1968.

4 – Borat, leçons culturelles sur l’Amérique au profit de la glorieuse nation Kazakhstan. Larry Charles, 2006.

5 – De l’influence des rayons Gamma sur le comportement des marguerites.  Paul Newman, 1972.

6 – Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. 66 caractères. Michel Audiard, 1968.

7- C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule. Jacques Besnard, 1975.

8 – L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Redford. Andrew Dominik, 2007.

9  – Viens chez moi, j’habite chez une copine.  Patrice Leconte, 1981.

10 – Mieux vaut être riche et bien portant que fauché et mal foutu. Max Pecas, 1980

Noble et pure est désormais ma paix intérieure, maintenant que je vous ai écrit ce précieux billet qui devrait exhalter votre humeur aux confins de la félicité. Eryc.

La liste est un échantillon et peut s'allonger au fil des fouilles Internet. Ainsi on a:

Night of the Day of the Dawn of the Son of the Bride of the Return of the Revenge of the Terror of the Attack of the Evil, Mutant, Hellbound, Flesh-Eating Subhumanoid Zombified Living Dead, Part 3. James Riffel, 2005.

Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes. Jean-Jacques Zibermann, 1993.

De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites. Paul Newman, 1973.

Mais qu’est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ? Sergio Corbucci, 1972.

Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais elle cause. Michel Audiard, 1970.

Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines. Ken Annakin, 1965.

Comment réussir quand on est con et pleurnichard. Michel Audiard, 1973.

Comment réussir en amour sans se fatiguer. Alexander Mackendrick, 1967.

In girum imus nocte et consumimur igni. Guy Debord, 1978.

Mention spéciale pour:

Mais mon préféré restera toujours cette si sympathique comédie sur l’amour,  où tourne entre autres Gad El Maleh.

Les gens en maillot ne sont pas (forcément) superficiels. Eric Assous, 2001.