Peut-être un fond musical d’ambiance pour accompagner votre lecture, c’est offert par moi. Cadeau.

Les mystères de l'univers: Des pluies étranges et mystérieuses.

On les nomme les pluies merveilleuses, les pluies étranges, les pluies divines. Il existe de nombreux témoignages et de nombreuses preuves de ces averses étranges qui peuplent l’histoire de l’humanité depuis la nuit des temps. Certains on avancé des hypothèses météorologiques pour expliquer ces phénomènes énigmatiques. Certaines de ces pluies pourraient, bien que difficilement, s’expliquer comme cela. Pour d’autres « pluies », cette explication est impossible. A vous de vous faire une opinion. Je vous livre ci-dessous les principaux phénomènes observés. A vous de juger.

Les pluies expliquées.

Pour être parfaitement honnête, il faut reconnaître que certaines de ces pluies, même si elles furent jugées miraculeuses par leurs témoins, ont reçu une explication météorologique plausible. Ainsi, les pluies de laine étaient en fait des averses d’eau mélangée avec le duvet produit par les graines de peuplier et de saules. Les pluies de souffre, dont on a entendu parler dès l’Antiquité et au Moyen-Age jusqu’au début du XIX ème siècle, étaient, en fait, des ondées d’une mixture d’eau et des pollens de fleurs d’arbres, notamment les pins et les sapins.

Les pluies de lait, quant à elles, observées notamment avant l’incendie de Rome en 109 étaient, en réalité, des matières crétacées soulevées par des tourbillons de vent et faisant tomber une eau laiteuse.

Les pluies de sang ont trouvé aussi une explication.

Pour certaines, la couleur rouge était due à la terre ocre soulevée et mélangée avec l’eau de pluie. Les plus spectaculaires eurent lieu à Lisbonne en 1551 au Portugal et en 1554 à Feiberg en Allemagne. Il y a eu aussi des pluies avec du « sang » qui était en fait un suc rouge sécrété par des papillons. De même, les pluies de « chair humaine » étaient, en réalité, des retombées de pierres volcaniques poreuses ayant l’air à s’y méprendre de lambeaux humains.

Les pluies de pierres, même si elles effrayaient nos ancêtres, qui y voyaient un signe du ciel pour les punir ou les avertir de quelque chose ont aussi leur explication. Elles sont formées de corps solides en provenance de l’espace et qui se désagrègent en entrant dans l’atmosphère. Elles ont donné lieu à de nombreuses croyances et superstitions. Souvent une seule pierre tombant du ciel était considérée comme sacrée et servait à la divination. D’autres sont devenues célèbres comme celle tombée à la Mecque et considérée comme un don de Dieu: la Qaaba, qui est le lieu de culte principal des Musulmans du monde entier.
On signale ainsi de nombreuses pluies de pierres, à présent explicables, partout dans le monde et dans les temps anciens.

Une pluie de pierres inexpliquée.

N’en déplaise aux rationalistes, il y a au moins une pluie de pierre qui n’a pas été expliquée. Elle a eu lieu en août 1853 près du village de Saint-Pol (Pas-de-Calais en France). Cet été-là, une averse de pierres étranges s’abattit du ciel. Des pierres avaient des formes de cœur; d’autres, de statues de la vierge. Sur une autre, un œil était parfaitement visible. Une autre s’ornait d’une ancre gravée. La plus étonnante représentait un ostensoir de dix centimètres de hauteur orné d’une hostie entourée d’une auréole de dentelle transparente ! Enfin, parmi les grêlons, on pouvait distinguer parfaitement sur l’un d’entre eux le visage de la Vierge.

De même, les pluies de blocs de glaces, très fréquentes depuis les débuts de l’aviation commerciale ont trouvé d’elles-mêmes une explication logique. Ce sont souvent des morceaux d’eau congelés qui se détachent des carlingues des appareils quand ce ne sont pas des excréments congelés en provenance des mêmes avions qui nous tombent sur la tête !
Il existe néanmoins des témoignages de retombées de bloc de glace, voire d’iceberg bien avant le commencement de l’aviation civile. En 1847, bien avant que le premier avion ne volât, un morceau de glace de six mètres de circonférence s’écrasait sur la paisible cité d’Ord en Ecosse. La même mésaventure se produisit à Rouen en France en 1853.

Des pluies d'alligators, de grenouilles, de canards.

Les pluies d’animaux, qui sont parmi les plus connues, sont aussi très nombreuses à avoir été relatées. Ainsi, on signale aux USA, régulièrement des pluies d’alligators. Des chutes de canards ont été notifiées en Allemagne et en Angleterre. Dans ce dernier pays, qui n’en est pas à une excentricité près, des gens témoignent de chutes de crabes, de crustacés, de bigorneaux, de poissons … On pourrait admettre que, suite à une tempête, des animaux aussi légers aient pu être transportés dans les airs avant de retomber. Le fait étrange est que, souvent, on les trouve mélangés à de l’eau douce.

Les pluies de grenouilles et de crapauds sont aussi nombreuses. Au Moyen Age, elles étaient attribuées aux sorcières. De nombreux oiseaux subirent le même sort.

Les pluies de diverses végétaux et céréales ne manquent pas non plus. Elles trouvent, pour la plupart, des explications logiques liées à leur légèreté et à la puissance des bourrasques de vent ou des tempêtes. Ainsi, on a signalé des pluies de blé, de nombreuses plantes, de tubercules, de graines, de maïs, de haricots, de noisettes, de fèves …

Les pluies inexpliquées.

En 367, une pluie de croix s’abattit sur la foule assistant à la tentative de Julien l’Aspostat de reconstruire le Temple de Jérusalem en Terre Sainte. Miraculeusement, elles ne blessèrent personne et vinrent simplement s’appliquer sur les spectateurs ! On signale aussi des pluies de croix en Calabre (Italie) en 746 et en Allemagne en 1503 !
La pluie dite de « manne », est, quant à elle, difficile à expliquer par un simple caprice du temps. Elle se produisit en 371 en Artois (France). Une pluie graisseuse contenant une châsse, comme celles renfermant les reliques des saints, remplie de laine, tomba soudainement sur des terres desséchées depuis des mois. L’apport de cette « manne » venue du ciel, en référence à celle que Dieu fournit aux Hébreux dans le désert, fut tellement profitable que les récoltes suivantes furent parmi les plus extraordinaires jamais connues dans cette région. La châsse est conservée en l’église d’Arras. Une messe y est d’ailleurs célébrée chaque année pour commémorer ce miracle.
Au Moyen Age, il existe de nombreux témoignages de pluies d’armes avant des périodes troublées ou des guerres. Les témoins voyaient s’abattre autour d’eux des épées, des haches, des hallebardes. A d’autres époques plus récentes, ce furent des averses de fusils, de sabres, de bonnets, de chapeaux militaires !
Une anecdote intéressante se déroula au moment de l’invasion turque au XVIème siècle. Avant la bataille de Lépante, en 1571, des turbans tombèrent en masse et fréquemment sur l’Allemagne. Après la victoire des armées Chrétiennes au cours de cette célèbre bataille, ces pluies cessèrent.

Une manifestation de la clémence divine ?

Dernière remarque à signaler, concernant les averses d’animaux, c’est souvent en période de disette et de famine que ces averses, notamment de poissons, se produisent. Comme par hasard, elles ont pu, dans de nombreux cas signalés notamment en Inde et en Extrême-Orient, sauver des populations ou des villages entiers de la famine. Il est souvent, en effet, difficile de croire à une explication météorologique. Si parfois, il a été observé des pluies de végétaux, de boues, de substances gélatineuses, il y a aussi des cas de pluies d’argent, d’animaux, de boulets de canon, de vers … qui ne peuvent pas s’expliquer par de simples caprices du temps.

En attendant, il est une pluie bien mystérieuse car elle ne s’est jamais produite, et que beaucoup d’habitants attendent un jour de voir surgir, c’est une pluie de billets de banque. C’est bien arrivé une fois, c’était au Brésil, l’équivalent de 28.000 €. toutefois elle n’était pas naturelle, c’était un coup Marketing d’une émission télévisuelle qui s’était lancée et pour sa campagne virale, elle a semé dans une ville un déluge de vrais billets de banque à la population. Eryc.